CSA : Sanction maximale pour Radio Courtoisie

Dans sa décision du 5 octobre 2017 :

"Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a prononcé à l’encontre de l’association Comité de défense des auditeurs de Radio Solidarité (CDARS) une sanction pécuniaire d’un montant de 25 000 euros à verser au Trésor public, soit près de 3 % de son chiffre d’affaire (*). Il a observé qu’au cours de l’émission du 28 mars 2016, des propos de nature à encourager des comportements discriminatoires à l’égard des personnes en raison de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion avait été tenus. Ces propos n’ont par ailleurs suscité aucune réaction à l’antenne tendant à les modérer ou y apposer un regard critique. Le Conseil a ainsi considéré qu’il s’agissait là d’un manquement caractérisé aux stipulations des articles 2-4 et 2-10 de la convention du 8 février 2012 et a déterminé une sanction proportionnelle à la gravité des faits.

(*) Le montant de la sanction pécuniaire (article 42-2 de la loi du 30 septembre 1986) doit être fonction de la gravité des manquements commis et en relation avec les avantages tirés du manquement, sans pouvoir excéder 3 % du chiffre d'affaires."

Source : CSA

Réflexion : 

Qu'en pensez-vous ? 

Est-ce qu'une autorité administrative est légitime pour sanctionner des radios ou télévisions pour des propos qu'elle juge, selon ses critères, discriminants ou ne respectant pas les valeurs qui sont les siennes ? 

N'est-ce pas à la justice de sanctionner les propos racistes ou discriminants ? 

Le CSA a-t-il sanctionné un délit d'opinion ?

Aller plus loin : 

Doit-on sanctionner une chaîne et une émission sur des critères moraux ? Doit interdire ce qui choque ou heurte à la télévision ?
N'est-ce pas aux téléspectateurs de juger le programme en le regardant ou en ne le regardant pas ?

Que pensez-vous de la censure administrative qu'opère le CSA ? Une autorité administrative indépendante est-elle légitime pour venir limiter la liberté d'expression ?

Dans cette logique, pourquoi existe-t-il une telle autorité pour les contenus audiovisuels et pas pour les contenus de la presse écrite ?

Donnez votre avis

The following two tabs change content below.
Le Cercle Droit & Liberté est une organisation dédiée à la liberté, au droit, au débat et à l’échange entre les différents acteurs du monde juridique. Le Cercle refuse toute subvention publique et ne vit que grâce à la générosité de ses adhérents et donateurs.

Commentaires

Contact
X

Send this to a friend