«L’homosexualité est une abomination» : la Cour de cassation annule la condamnation de Christine Boutin

En novembre 2016, l'ancienne ministre du Logement avait été condamnée en appel à verser 5 000 euros d'amende pour incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle.

Un propos «outrageant» mais pas une «exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles». Au terme de deux longues années de bataille judiciaire, la Cour de cassation a annulé ce mardi la condamnation pour incitation à la haine de l'ancienne ministre du Logement Christine Boutin après des propos dans une interview accordée à la revue Charles où elle qualifiait l'homosexualité d'«abomination».

Dans l'arrêt les juges estiment en effet que:

 «le propos incriminé, s’il est outrageant, ne contient néanmoins pas, même sous une forme implicite, d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles», et par conséquent que, «la cour d’appel a méconnu le sens et la portée du texte susvisé et du principe ci-dessus énoncé»

en condamnant l'ancienne présidente du Parti chrétien démocrate (PCD) à verser une amende de 5 000 euros d'amende pour incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle aux associations Le Refuge, Mousse, Inter-LGBT.

Il s'agit d'une cassation sans renvoi devant la Cour d'appel.

Source : Libération 

Réflexion : 

Qu'en pensez-vous ?

Doit-on en France "judiciariser" la parole publique ?
"L'incitation à la haine" n'est-elle pas une notion vague qui donne un trop large pouvoir d'appréciation souveraine au juge du fond ?

L'infraction pénale d'incitation à la haine est-elle contraire au principe de liberté d'expression ?

Le juge pénal doit-il statuer du péché ou seulement du crime ?

L'opinion doit-elle pouvoir être sanctionnée pénalement dans certains cas ? Si oui, pourquoi ? Comment décider desquels ?

Cette restriction à la liberté d'expression est-elle nécessaire pour permettre le respect de la paix sociale ?

Les associations communautaires doivent-elles avoir le droit d'ester en justice pour défendre "l'intérêt général" ? Le procureur ne suffit-il pas à cette tâche ?

Donnez votre avis !

The following two tabs change content below.
Le Cercle Droit & Liberté est une organisation dédiée à la liberté, au droit, au débat et à l’échange entre les différents acteurs du monde juridique. Le Cercle refuse toute subvention publique et ne vit que grâce à la générosité de ses adhérents et donateurs.

Commentaires

Contact
X

Send this to a friend