PARIS : Les actes d’état civil vont remplacer père et mère par «parent 1» et «parent 2»

Un voeu défendu par Danielle Simonnet de la France insoumise, et adopté mercredi au Conseil de Paris, propose de remplacer sur les formulaires de demandes d'actes d'état civil les mentions «père» et «mère» par les termes «parent 1» et «parent 2».

Promis juré, il n'y aurait ni de «parent 1», ni de «parent 2». C'était la ligne défendue en janvier 2013 par Christiane Taubira, au plus fort des débats sur la loi du Mariage pour tous. Il s'agissait de ne pas «désexuer le livret de famille» pour que rien ne change pour les couples hétérosexuels.

Une position peut-être un peu trop rétrograde aux yeux de la conseillère de Paris Danielle Simonnet. L'élue de la France insoumise a donc fait voter, mercredi, un voeu pour remplacer, sur les formulaires de demandes d'actes d'état civil, les mentions «père» et «mère» par les termes «parent 1» et «parent 2».

Une mesure jugée nécessaire pour mettre fin à une discrimination envers les couples homosexuels, qui représentent désormais un peu plus de 3% des unions en France. «Il est anormal que la plateforme de l'administration ne permettent pas aux parents vivant aux couples de même sexe de faire les démarches administratives comme les autres», peut-on lire dans les considérant du texte de Danielle Simonnet. Ainsi, cela «représente une rupture d'égalité devant l'administration».

 

[...]

Source : Le Figaro 

Réflexion : 

Qu'en pensez-vous ? 

Faut-il faire disparaître tout référence sexuée dans le livret de famille ? 

Faut-il faire disparaître toute référence à la norme classique pour ne pas "discriminer" ?

Le droit positif peut-il venir modifier les réalités biologiques ?
L'idéologie doit elle prévaloir sur le droit naturel ?
L'individu doit-il par le droit pouvoir venir façonner la réalité selon son désir ?

Donnez votre avis !

The following two tabs change content below.
Le Cercle Droit & Liberté est une organisation dédiée à la liberté, au droit, au débat et à l’échange entre les différents acteurs du monde juridique. Le Cercle refuse toute subvention publique et ne vit que grâce à la générosité de ses adhérents et donateurs.

Commentaires

Contact
X

Send this to a friend