Témoignage : « Si j’arrête l’armée, c’est clairement à cause de Sentinelle »

 Des militaires de l'opération Sentinelle ont été visés par un homme en voiture. Devenus des cibles, certains se sentent surtout inutiles. Témoignage.

"Ça me gonfle au plus haut point. On subit complètement ces missions." Yann [un prénom d'emprunt], la vingtaine, est entré dans l'armée il y a un an et demi. Un corps qu'il a rejoint avec enthousiasme, "car il y avait de bons côtés", mais qu'il veut désormais quitter à cause de l'opération Sentinelle.

[...]

Si j'arrête l'armée, c'est clairement à cause de Sentinelle. Je m'en irai dès la fin de mon contrat, dans deux ans et demi, car je sais pertinemment qu'elle ne s'arrêtera jamais, en tout cas pas sous le mandat de Macron. Qui va assumer de retirer des militaires dans la rue? S'il y a le moindre attentat, il est foutu...Ça reste de la communication politique, un dispositif pour rassurer les gens", déplore le jeune homme, actuellement en mission dans la région parisienne. Il ne divulgue volontairement que peu d'informations le concernant, tous les militaires sont astreints à un devoir de réserve.

[...]

Yann en est sûr, tout comme ses collègues, il est devenu une cible pour des terroristes en puissance. "On ne voit que nous avec nos uniformes, quand on se déplace. Alors que le camouflage a été étudié pour passer inaperçu dans la forêt. On est comme des lapins de garenne à l'ouverture de la chasse!", ironise le soldat.

Il reprend son sérieux: "Normalement, quand on se trouve dans une situation de danger, on le sait, on est équipés et on roule avec des véhicules blindés. Là, on se déplace en Kangoo en pleine ville... Et si le mec arrive à se procurer une kalachnikov, comme c'est le cas de temps en temps, je peux vous dire qu'en une rafale, il n'y a plus personne..."

[...]

"Le pire c'est qu'on risque maintenant d'être un danger pour les enfants quand on se poste devant les écoles", s'alarme-t-il. Yann le clame, il se sent "inutile". "Quand on tourne autour de l'Arc de triomphe, on sait qu'on s'occupe de points sensibles et qu'on doit protéger la population, mais quand on patrouille dans des quartiers résidentiels... je ne vois pas l'intérêt". Et en cas d'attaque, les militaires ont les mains liées: il ne sont autorisés à réagir qu'en cas de légitime défense. "Si hier j'avais vu passer la voiture qui a foncé dans mes collègues, je n'aurais même pas eu le droit de tirer..., s'inquiète le jeune homme. Notre seul pouvoir, c'est de faire des comptes-rendus".

Source :  L'express

Reflexion: 

Qu'en pensez-vous ? 

L'opération sentinelle montre-t-elle ses limites ? Faut-il y mettre fin ? 

Est-ce le rôle de l'armée de patrouiller dans les rues et de protéger les lieux sensibles ? 

L'armée manque-t-elle de moyens ? 

Sommes-nous entrés dans un état d'urgence permanent ? 

Donnez votre avis ! 

The following two tabs change content below.
Le Cercle Droit & Liberté est une organisation dédiée à la liberté, au droit, au débat et à l’échange entre les différents acteurs du monde juridique. Le Cercle refuse toute subvention publique et ne vit que grâce à la générosité de ses adhérents et donateurs.

Commentaires

Contact
X

Send this to a friend